Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 18:37

Tout l'article sur le lien au bas de la page

J’ai découvert le travail de Claire Trotignon qui exposait alors une série de sérigraphies intitulées Landscapes. Un véritable coup de cœur en regardant ces paysages imaginaires « flottants » dans les airs. Ils faisaient directement écho aux magnifiques dessins ou « caprices d’architectures » et « vedute » du célèbre aquafortiste Piranèse (1720-1778). Dans cette série, les compositions de Claire dialoguaient en effet avec les artistes du Siècle des Lumières et revisitaient ainsi l’engouement pour l’archéologie et les ruines antiques en créant avec des éléments d’architecture contemporaine perchés dans des paysages romantiques une archéologie du futur.

Claire Trotignon : Let’s Build a home

Plus de deux cents morceaux de gravures anciennes découpées (rochers, végétation, nuages ou montagnes) sont parfois collés les uns aux autres, presque imperceptiblement pour recréer une nature « rêvée » et offrir au regard un paysage presque idyllique, en équilibre, flottant librement dans l’espace.

Dans Les Relèves Sécantes et Nos Abîmes inclinées, on retrouve les citations au 18ème siècle, mais l’artiste introduit une nouvelle citation aux artistes peintres de la renaissance, Paolo Ucello (1397-1475) et Piero della Francesca (vers 1476-1493). Les lances de la Bataille de San Romano (1441-1450) et celles présentes dans les fresques du cycle de L’histoire de la croix à Saint-françois d’Arezzo (1452-1459) sont ici introduites par l’artiste pour apporter des lignes de forces, une tension plastique, qui viennent « dynamiser » la composition, « perturber » « animer » la tranquillité du paysage somptueusement irréel qui devient en quelque sorte, dès lors, « triomphant ».

La référence à ces deux maîtres de la perspective du Quattrocento italien, introduit un nouveau dialogue avec cette période clé de l’Histoire de l’art, dans la conquête de l’harmonie de l’espace et la mise au point des types de composition, entre le monumental et le décoratif.
 
Dans l’œuvre Leurs lances comme des compas, en plus des lances, Claire introduit également via le titre de l’œuvre une référence aux architectes de l’époque comme Leon Baptisyte Alberti (1404-1472), qui avec ses compas et calculs mathématiques rechercha à travers le dessin d’architecture la quête humaniste de la beauté et de l’harmonie idéale.
 
L’intellectualisation de l’architecture, fit naître l’idée que le beau est la valeur absolue. La beauté d’une architecture, d’un dessin, d’une peinture fait rayonner dans l’âme humaine une joie pure, suscite un accord irremplaçable entre l’homme et l’univers. Au quattrocento, la référence fondamentale devient pour la première fois l’art antique. L’architecture est partout, plie partout la nature à l’homme et le désordre à la beauté.

 

 

 
Claire Trotignon : Let’s Build a home
Partager cet article
Repost0

commentaires