Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 08:45

Dans les dernières années, R (Rembrandt), se concentre sur les thèmes de l’amour, de la pénitence, du pardon, qui deviennent les véritables sujets de ses toiles. Les épisodes des histoires qu’il décide de raconter sont liés à cette stratégie globale, à ce profond besoin d’imaginer et d’incarner l’essentiel. (…) La jeune mariée juive est une œuvre d’un style extraordinaire, mais d’une simplicité absolue. Apparemment classique, mais profondément tendue vers l’innovation. Une combinaison miraculeuse de technique picturale et de puissance émotive. D’équilibre et d’extrémisme. Un charme intemporel se dégage de la synthèse, parfaite, entre l’élément réel et l’invention visionnaire. C’est une peinture à la fois spirituelle et intime, impénétrable et monumentale. Volontairement inachevée, non finie, de même qu’inachevées, non finies, sont toutes les histoires. C’est l’un des récits les plus intenses et les plus émouvants sur l’amour (physique, spirituel, peu importe) qui aient jamais été conçus par un artiste. La célébration de l’essence de l’amour. Une peinture unique dans toute l’histoire de la peinture, révolutionnaire dans son audace, sobre dans sa délicate angoisse.  Ici plus que jamais, R démontre qu’il est inégalable dans l’art de capturer l’essence d’une histoire et de l’immortaliser, intemporelle, éternelle.

Dans le Cahier jaune de Rebecca, un passage daté du 11 mai 1987. L’un des plus beaux.

 

Deux villes, deux histoires. Entre l’Amsterdam des peintres, des médecins et des théologiens, où le personnage d’Ephraïm Paradies évoque à la fois Descartes et Spinoza, et le Paris contemporain, où tente de vivre un jeune écrivain, l’auteur tisse tout un réseau de correspondances : en particulier, une passion amoureuse désespérée et un tableau, reflet et témoin de celle-ci. Entre pathétique et grotesque Luigi Guarnieri pose des questions essentielles sur la souffrance et la recherche du bonheur, et sur la pérennité d’un sentiment, auquel l’art seul permet de défier le temps.

Luigi Guarnieri (Catanzaro, 1962) vit à Rome. Il est l’auteur de scénarios de films, de biographies et de romans, en particulier La Double Vie de Vermeer (Acte Sud 2006, Babel 2007) finaliste du Prix Campello 2005.

La ruelle "Couleurs d'Orléans".

La ruelle "Couleurs d'Orléans".

Partager cet article
Repost0

commentaires