Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 14:13

 

Bien plus d’une décennie d’ouverture (2001-2017), 16 ans depuis l’entrée de la Chine dans l’Organisation mondiale du Commerce. Le pays appelé l’Atelier du monde pour le textile au début des années 2000, l’est aussi devenu pour l’électronique qui va bouleverser les pratiques architecturales. En 2001, Pékin est choisi pour accueillir les Jeux olympiques et de jeunes agences se font remarquer par des réalisations de qualité. Qui sont les architectes chinois expatriés et que cherchent-ils ? Certains ont participé à la bourse « 150 architectes chinois en France » organisée par l’Observatoire de l’Architecture et soutenue par différentes institutions et organisations.

 

Luo Bin après son diplôme a travaillé 4 ans pour l’Institut de Recherche Appliquée à l’Architecture à Shenzhen qui est en fait une importante agence d’architecture publique pour laquelle elle a collaboré aux phases de conception et de réalisation d’une dizaine de projets. Elle avait l’idée qu’un jour elle suivrait des études à l’étranger. Elle parlait bien l’anglais et s’était mise au français pour acquérir une corde de plus à son arc. Puis, venant en France dans le cadre d’un programme, elle a vécu à Lille avant de s’établir à Paris et s’est inscrite à l’école d’architecture de La Villette.

 

Lou Liangjun est architecte DPLG et exerce au sein du groupe Vinci en charge du clos et couvert du bâtiment universitaire M6A1 Paris Diderot et ne dissimule pas son enthousiasme face à la complexité de ce projet qui accueille des espaces dédiés à la recherche, un gymnase, trois niveaux de parkings, des bureaux et un tunnel de circulation pour les TGVs. Il est né dans à Dongyang, dans la province de Zhejiang, une ville de 800 000 habitants dont 10% travaillent dans le BTP. Après son diplôme en France, il a enchainé les stages de quelques mois chez Nicolas Michelin et il a préféré reprendre ses études. Il a suivi un mastère spécialisé à l’Ecole Spéciale des Travaux Publics (ESTP) sur le management des Entreprises en Construction. « Il existe une grande différence entre la France et la Chine dans la gestion des projets : la question du prix. En Chine l’organisation découle du respect des délais tandis qu’en France, c’est le budget. »

 

« J’ai été recruté en tant qu’ingénieur de prix chez GTM (Grands travaux de Marseille) puis je suis devenu ingénieur travaux. J’ai notamment travaillé à la construction de la Tour Granite à la Défense, le siège de la Société Générale (69 000 M2) et je pense monter une structure en tant qu’indépendant ».

 

« Parfois, il faut savoir partir pour comprendre d’où l’on vient ». Liu Ruifeng fait partie de ces personnalités dont l’envergure s’impose d’emblée comme une évidence construite au fil du temps, soutenue et portée par une exigence, une intelligence et une finesse hors du commun. Bientôt de retour en Chine après 7 années passées en France. La France était une référence mondiale en architecture reconnue comme son art et sa culture et la langue française réputée comme étant la plus belle du monde.

 

« J’étais un peu triste en arrivant en septembre 2004, il faisait nuit et je regardais la fenêtre du RER. Le paysage me semblait sans relief et il n’y avait pas de gratte-ciel. L’arrivée à Paris a balayé tout cela, car c’est vraiment la ville lumière. Elle me rappelle Yinchuan, car on peut l’appréhender à pied, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui de ma ville natale. J’aime marcher dans les villes ». « J’ai une passion : tout ce qui est nouveau. Mes sources d’inspirations peuvent paraître paradoxales : les livres d’histoire. La France pour moi c’est….une culture exceptionnelle. »

 

Pour la jeune Liu Yan, la France a une approche artistique de la mise en lumière d’un espace architectural. Sa mère, styliste industrielle assurait la conception des dessins destinés à la verrerie et les premières influences esthétiques de Liu proviennent de cet environnement. Elle est architecte doctorante à l’Institut Français d’Urbanisme d l’Université Paris Est et exerce ses compétences dans une agence dont la réputation des mises en lumière des grands musées et des grands projets architecturaux n’est plus à démontrer. En 10 ans, Liu Yan établi des bases solides d’un parcours professionnel singulier et innovant.

 

« J’étais à l’université de Chongquing et j’étais attirée par l’atmosphère artistique qui régnait en France, un pays à mes yeux occidental et lointain. En France, on m’a conseillée de m’inscrire à l’Ecole Spéciale d’Architecture (ESA) où l’enseignement s’articule autour d’ateliers ou de wokshops animés par des grands noms d l’architecture en France et à l’international. » Ma passion : avancer. Mes sources d’inspirations : la nature. La France pour moi c’est le pays où l’on accorde du temps à la réflexion sur le monde.

 

Les architectes chinois sont à découvrir dans un petit livret édité par ArchiBat RH. Regards croisés France/ Chine : visions d’architectes. Avec les interview d’Alexandre Cottaris architecte français et grec, Roberto Ferrari architecte italien établi en Chine, Alexandra Lassen architecte franco-danoise, architecte et décoratrice de plateau travaillant en Chine, Marlène Manugerra architecte française travaillant en Chine, Dennis Nikolaev architecte d’origine ukrainienne travaillant à Shanghai, Thomas Stemper architecte allemand travaillant à Shanghai, Marlène Leroux et Francis Jacquier architectes français travaillant dans leur propre agence à Shanghai. Edition 2007 à l’occasion de l’implantation de l’agence de recrutement ArchiBat en Chine.

Regards d’architectes chinois sur la France
Ce bâtiment d’habitation de 130 logements verra le jour à Paris, dans le quartier des Batignolles, en 2018. Il implique un promoteur et un architecte français, associés au premier cabinet chinois travaillant en France.

Ce bâtiment d’habitation de 130 logements verra le jour à Paris, dans le quartier des Batignolles, en 2018. Il implique un promoteur et un architecte français, associés au premier cabinet chinois travaillant en France.

Partager cet article
Repost0

commentaires