Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 08:55

J’ai assisté à la conférence donnée par Lymeaction (Lymeaction en Régions) à la bibliothèque d’Orléans le samedi 30 septembre 2017. La salle était pleine.

Les avocats : Maître Catherine Faivre et Maître Jullien Fouray ont exposé les progrès de Lymeaction depuis 2016. Le combat judiciaire, le combat des malades. Cette cellule de défense, de recours, propose un accompagnement et une prise en charge juridique, personnalisée et coordonnée.

Sur 10 000 personnes infectées, Lymeaction demande 500 000,00€ de dommages et intérêts par malade. Ce sont les laboratoires qui sont en cause car les tests sérodiagnostiques de détection ne sont pas fiables. Environ six laboratoires sont en cause. Mais ce sont eux qui ont la responsabilité de garantir le résultat. Au bout d’un an de lutte, les labos disent « Vous ne pouvez pas poser un diagnostique de la maladie sur nos tests. Nous ne sommes qu’une aide au diagnostique ». Les tests sont mis à bas par les labos eux-mêmes.

En effet, la plupart des personnes souffrant de borréliose chronique reste en errance médicale pendant des mois, des années. Sans diagnostic précis, ou avec un diagnostic erroné, les traitements restent inefficaces. Lorsque enfin un médecin pense à cette possibilité, les sérologies reviennent le plus souvent "négatives" et le diagnostic est écarté. Pourtant les spécialistes de la maladie s'accordent pour dire que le test Elisa n'est pas fiable, et qu'à l'heure actuelle les sérologies Lyme dans leur ensemble ne sont pas totalement fiables. Mais alors comment faire pour savoir si vous souffrez de cette infection ?

Il y a 33 000 nouveaux cas par an de maladie de Lyme.

La conférence est soutenue par les docteur Gilles Pourrier et Marc Arer et deux avocats.

Adresse de la cellule juridique : Maître Catherine FAIVRE – 20 place des Vosges – 88000 Epinal.

Lyme sans frontières : Maison des Associations. 1A place des orphelins à Strasbourg 67000 ; Pour Le Loiret : tel : 06 76 14 97 13.

Enfance Lyme & Co est formé de parents d’enfants atteints par la maladie. : siège@enfancelymeandco.org

Pour entrer au Canada, il faut pouvoir produire un test négatif de la maladie de Lyme.

Les États-Unis d’Amérique  figurent parmi l’un des pays les plus touchés par la maladie de Lyme.  Pour  en déterminer l’étendue, le Center for Disease Control  and Prevention (CDC), le National Center for Emerging and Zoonotic Infectious Diseases (NCEZID) et le Division of Vector-Borne Diseases (DVBD) ont mené des études sérieuses pour s'apercevoir de l'étendue de la maladie sur une grande partie du territoire.

Aux USA, les  signes du  stade primaire de la Borréliose de Lyme se manifestent chez la majorité des victimes. Ils se caractérisent par des apparitions d’érythèmes migrants qui sont observés dans 30 à 70 % des cas. Viennent ensuite les inflammations articulaires (arthrite)  qui s’observent dans 31 % des cas. 9 % des malades sont atteints de paralysie de Bell et 4 % présentent une radiculo-neuropathie.  Des troubles cardiaques, des méningites et des encéphalites sont également observés dans 2 % des cas.

Il est à préciser que certains patients peuvent présenter un ou plusieurs symptômes à la fois.  Ce sont les personnes de sexe masculin qui sont les plus touchés par la maladie de Lyme  aux États-Unis, et plus particulièrement les jeunes garçons âgés de 5 à 9 ans

 

Photo ci-dessous : Julia Levitan très couverte et protégée pour une promenade en foret dans le Massachussetts (USA).

 

Bibliothèque - amphithéâtre - Orléans

Bibliothèque - amphithéâtre - Orléans

Site Facebook des avocats - Lyme Action

Site Facebook des avocats - Lyme Action

Julia Levitan en mode protection pour une promenade en forêt

Julia Levitan en mode protection pour une promenade en forêt

Pour ne savoir plus...

Pour ne savoir plus...

Tableau présentant le risque de contracter la maladie de Lyme aux États-Unis. On remarque que l'est du pays est très touché.

Tableau présentant le risque de contracter la maladie de Lyme aux États-Unis. On remarque que l'est du pays est très touché.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Bonjour,
Merci d'avoir écrit cet article, je me permets de vous transmettre mon CR car j'y ai vu plusieurs erreurs dont une importante : ce n'est pas le dr Brigitte Dautel qui l'a soutenue puisqu'elle a eu un contretemps. Le médecin qui est intervenu est le docteur Gilles Pourrier et le docteur Marc Arer nous a transmis un power point très intéressant que nous avons présenté au public.

Armelle Cayuela
Responsable de la cellule Loiret-Centre de l'Association Lyme Sans Frontières

---------------------------------------
CR :

Deux conférences sur les maladies vectorielles à tiques ont eu lieu les 29 et 30 septembre dernier

• La conférence du 29 septembre a été organisée par Emmanuelle Martin et l’équipe de l’association Enfance Lyme & Co, elle s’est déroulée à Troyes en présence d’Armelle Cayuela, responsable de la cellule Loiret-Centre de Lyme Sans Frontières
• La conférence du 30 septembre a été organisée par Armelle Cayuela et l’équipe de la cellule Loiret-Centre LSF, elle s’est déroulée à la médiathèque d’Orléans en présence d’Emmanuelle Martin

 Me Faivre et Me Fouray, les avocats du Lymaction ont été présents aux 2 conférences.

CR de la conférence du 30 septembre à la médiathèque d’Orléans

La salle était comble. Certains étaient venus pour obtenir des renseignements, des explications sur cette maladie dont on parle de plus en plus. Les malades (plus de la moitié de la salle), attendent, eux, l’espoir d’une guérison ou, tout au moins, de ne plus être en errance médicale, d’être enfin pris en charge comme il se doit.

L’intervenante prévue, le docteur Brigitte Dautel de Nancy, s’est désistée suite à un contretemps. Fort heureusement, elle fut remplacée au pied levé par le Docteur Gilles Pourrier venu spécialement des Yvelines pour animer cette conférence se mettant à la hauteur du public pour être compris. Son intervention a été admirablement complétée par un power point réalisé et transmis par le docteur Marc Arer, médecin du groupe chronimed.

En début de séance, Me Catherine Faivre et Me Julien Fouray exposaient l’état des lieux quant aux avancées des recherches et de la position gouvernementale vis-à-vis de cette maladie qui fait tant de ravages et de victimes menées à se suicider pour échapper aux douleurs quotidiennes et invalidantes. Les deux avocats ont exposé leur position quant à l’attitude des laboratoires-fabricants qui ont mis sur le marché deux tests de reconnaissance de la maladie, à savoir le test Elisa et le test Western Blot tous deux non fiables et mal gérés.

Un moment fut consacré à la position des autorités supérieures de la Santé et des Pouvoirs Publics qui se contentent de ce consensus de 2006 dont les malades eux-mêmes demandent immédiatement le retrait, sans oublier les médecins mal informés qui souhaitent continuer à l’appliquer alors que depuis plus d’un an des réunions ont lieu au ministère pour l’étude du PNDS.

Un rappel aussi sur le scandale infligé aux médecins parfaitement informés qui se voient punis pour avoir donné « trop » d’antibiotiques oubliant que ce sont ces praticiens-là qui appliquent vraiment le serment d’Hippocrate, à savoir soigner des malades. C’est après plus d’une heure que les deux avocats prirent congé.

Ce fut au tour du médecin Gilles Pourrier de prendre la parole et d’expliquer, le diaporama du docteur Arer à l’appui, ce qu’est la maladie de Lyme, comment la déceler, la combattre, la prévenir… sans oublier de mentionner sa complexité, ses modes de transmission et de souligner le caractère invasif des co-infections dues aux bactéries, insistant sur le nombre de personnes guéries dans son cabinet par des visites régulières et parfois longues, suivant pas à pas l’évolution de l’état de ses patients.

Armelle Cayuela et ses bénévoles laissa un moment aux personnes présentes pour les questions nombreuses et pertinentes, moment malheureusement jugé insuffisant par certains.

Et enfin, après plus de trois heures de débat, il fallut libérer la salle en précisant qu’un café-lyme sera organisé avant la fin de l’année afin de répondre aux questions qui ne purent être posées.

Pour finir sur cette rencontre, l’équipe Loiret-Centre a tenu à remercier chaleureusement le docteur Pourrier qui a délaissé pendant quelques heures son cabinet pour animer cette conférence, non sans lui avoir remis quelques cadeaux pour service rendu. Un grand merci également au docteur Arer et à tous les bénévoles qui œuvrent sans compter.
Répondre